MicroStrategy, vu par les étudiants du MSc BI&Analytics du Groupe ESC Clermont | MicroStrategy
News and Events

MicroStrategy, vu par les étudiants du MSc BI&Analytics du Groupe ESC Clermont

Ils sont une vingtaine à suivre les 540 heures de cours au programme du Master of Science in Business Intelligence & Analytics créé par l’ESC Clermont sous la houlette de Sébastien Douaillat. Ils viennent d’univers très différents. Certains affichent un profil technique fort, venant d’écoles scientifiques et d’ingénieurs, à la recherche de ces connaissances métiers et business indispensables à l’entrée sur le marché du travail. D’autres ont une appétence marquée pour l’analytique et viennent renforcer ici leur savoir-faire. Parmi eux, Manon et Adetutu. L’une partira chez Sopra Steria après un passage dans l’industrie chez Constelium, la seconde s’apprête à rejoindre le quotidien La Montagne.
 

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours ?

Manon – J’ai suivi le Bachelor à l’ESC Clermont puis enchaîné sur le Programme Master Grande École.

 Adetutu - J’ai rejoint l’ESC Clermont après un premier master à l’Université de Manchester spécialisé en ressources humaines internationales et relations industrielles comparatives.

Pour quelle raison avez-vous choisi la spécialisation Business Intelligence & Analytics proposée par l’ESC Clermont ?

Adetutu – J’ai une formation initiale d’économiste. Il me fallait lui ajouter un savoir-faire très concret. Je cherchais à allier la BI et l’Analytique, or quasiment seule l’ESC Clermont propose cette double approche qui est à mon sens tout à fait complémentaire.

Manon – Je l’ai choisie pour sa transversalité d’abord, mais aussi pour répondre à mon goût pour le numérique en général et la data en particulier.

Que pensez-vous de l’outil MicroStrategy ? 

Manon – Nous l’avons découvert pendant le cycle de MSc. C’est un outil très facile à prendre en main et franchement ludique ! Il donne rapidement envie d’aller plus loin, d’explorer toutes ses fonctionnalités.
Adetutu – Nous parvenons à créer nos premières visualisations simplement, sur des volumes de données même très importants, tout en réussissant à les rendre vraiment informatives. C’est très motivant pour la suite.

Sur quel type de projet travaillez-vous ?

Adetutu - J’explore un jeu de données issu d’un de mes projets personnels. Je manipule actuellement les chiffres de l’export de café vert. J’ai noté grâce aux visualisations d’importantes évolutions et transformations de ce marché, et des tendances qui seraient restées dissimulées sans ça. Et cela me donne de nouvelles idées !

Manon – Je trouve que MicroStrategy a une double utilisation. L’outil est parfait pour balayer largement les données et identifier de premières tendances à vue d’œil d’une part et d’autre part pour rendre vraiment compréhensibles et accessibles au public les résultats obtenus. Et même si le MSc n’est pas positionné sur ce créneau, je ne néglige pas l’approche mobile de la BI sous son angle applicatif.

Quel regard portez-vous sur la transformation numérique des entreprises ?

Manon – C’est à la fois un enjeu et un passage obligé. Je n’y vois que du positif. C’est aussi pourquoi nous devons nous aussi nous préparer aux transformations et à une exploration de la donnée toujours plus conséquente.
Adetutu – La donnée est un levier de pouvoir et de croissance, c’est certain. Et pour laquelle il faudra absolument trouver un équilibre notamment juridique qui ne nuira pas au développement économique.

Merci beaucoup, Manon et Adetutu d’avoir répondu à nos questions !
 

Comments Blog post currently doesn't have any comments.